L’application du savoir

Au sein du Réseau pour la santé du cerveau des enfants, le soutien à l’application du savoir (AS) maximise les répercussions sociales et économiques des initiatives de recherche et de formation.

L’équipe d’AS recourt à des approches uniques et démontrées pour soutenir le Réseau pour la santé du cerveau des enfants et les chercheurs et stagiaires subventionnés afin de les aider à :

  • former et maintenir des partenariats efficaces ;
  • transposer les découvertes en politiques et pratiques ;
  • inciter les parties prenantes à s’investir dans les activités du Réseau afin d’en maximiser les retombées.

Le volet d’AS est dirigé par David Phipps et doté d’un gestionnaire et d’un adjoint à l’AS qui interagissent avec les membres, les partenaires et les autres parties prenantes du Réseau pour la santé du cerveau des enfants.

Les services d’AS

Au sein des Réseaux de centres d’excellence du Canada, l’AS est considérée comme une source d’avantages socioéconomiques pour les Canadiens. Notre équipe d’AP offre une gamme de services pour favoriser ces retombées :

  • Transmission du savoir
  • Soutien des activités d’AS
  • Produits d’AS
  • Renforcement des capacités d’AS
  • Évaluation de l’AS
  • Planification de l’AS
  • Mobilisation des parties prenantes

La neuroéthique

Notre équipe de neuroéthique donne un point de vue éthique aux recherches du Réseau pour la santé du cerveau des enfants et apporte une contribution unique au savoir sur les enjeux entourant le diagnostic et le traitement des troubles du développement neurologique ainsi que l’aide aux familles. Situés au Carrefour national de neuroéthique de l’université de la Colombie-Britannique et à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, Judy Illes et Éric Racine ont réalisé les recherches suivantes :

  • Exploration des retombées des transitions chez les jeunes qui ont un trouble du développement neurologique et leur famille, afin de comprendre les mesures de soutien dont ils ont besoin,
  • Apport d’une compréhension approfondie des perspectives sur la sécurité, les compromis entre les risques et les avantages, la réceptivité et le bien-fondé des traitements à base de cellules souches chez les personnes ayant la paralysie cérébrale,
  • Création d’un cadre appelé ouR-HOPE, qui vise à améliorer la communication éthique de pronostics neurologiques incertains à l’unité de soins intensifs néonatals (USIN),
  • Élaboration de nouveaux outils pour obtenir le consentement éclairé des populations qui participent aux recherches sur l’autisme et création novatrice de pratiques exemplaires sur la participation aux recherches adaptées aux besoins de communication des participants aux recherches et de leur famille,
  • Mise en lumière du peu de recherches sur la paralysie cérébrale et le trouble du spectre de l’autisme au sein des communautés des Premières nations et de l’importance démesurée accordée aux populations autochtones dans les études canadiennes sur le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale.

La neuro-informatique

Chaque année, les chercheurs pancanadiens du Réseau pour la santé du cerveau des enfants (RSCE) produisent des quantités phénoménales de données. Notre équipe de neuro-informatique collige, gère et analyse ces précieuses données et crée des outils qui ont fait progresser la conversion transversale des scintigraphies cérébrales aux données comportementales et permettent d’en appliquer les conclusions pour divers troubles du développement neurodéveloppemental. L’apport de cette équipe joue un rôle essentiel dans les recherches du Réseau. Soulignons les éléments suivants :

  • Coauteurs du premier article établissant la signature épigénétique du trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) à partir de la plus grande étude jamais réalisée sur les enfants et les adolescents exposés à l’alcool avant la naissance,
  • Collaboration avec le groupe de recherche sur les TSAF à une méta-analyse des fichiers de données publiques sur l’expression génique de modèles animaux exposés à l’alcool avant la naissance,
  • Participation à l’élaboration du Registre canadien de paralysie cérébrale et de Phenocarta, une puissante base de données consultable qui permet aux chercheurs de trouver de l’information sur les gènes qui contribuent à des troubles du développement neurologique,
  • Création de la base de données LORIS, qui standardise les données du RSCE (particulièrement les données de neuro-imagerie) pour en faciliter l’analyse dans l’ensemble des projets.